mercredi 22 mai 2013

#2 - Mais qu'est ce que je fais là ?

Cher petit blog,

je suis bien arrivée à Mexico City. Vu du ciel, c'est juste magnifique, super grand avec une montagne au milieu de la ville et super coloré. Presque pas d'immeubles, juste dans le plein centre, que des petites maisons avec terrasses sur le toit et de couleurs vives et quelques parcs. On a l'impression d'atterrir sur la ville, vu que l'aéroport y est carrément collé.

Mais wouah, l'arrivée ensuite a été dure. 

Les premiers pas toute seule au Mexique n'ont pas été aussi faciles que je le pensais.

  • La dame qui donne le Visa touristique m'a pris la tête, elle ne m'a donnée qu'un Visa de 2 mois au lieu de 6 puisqu'il faut obligatoirement une adresse fixe pour tout le voyage. J'y penserai la prochaine fois. L'institut migratoire me l'a mis à 4 mois. Ca m'oblige quand même à sortir du pays pour y re-rentrer plus tôt que prévu.
  • Après l'arrivée à l'aéroport, une heure et demi de bus et deux heures de métro avec une chaleur insoutenable, complètement crevée, gros dodo parmi tous ces mexicains dans le métro qui épient mes moindres faits et gestes.
  • Oui, parce qu'étant blonde, je suis comme une bête de foire, complètement dévisagée, et ils n'essaient même pas de le faire discrètement, même les flics (qui sont normalement censés nous faire sentir en sécurité et non mal à l'aise), put*in ! Je n'aime pas ça du tout, je ne me sens pas du tout à mon aise, et je ne pense qu'à une chose c'est de retourner chez moi à ce moment-là. Ce ressenti est juste horrible, tu as l'impression que tu vas te faire agresser à chaque coin de rue. 
  • Après une ballade en journée dans Xochimilco, je me suis perdue (évidemment). J'ai pu bien m'essayer à l'espagnol pour demander mon chemin, ça va j'y arrive à peu près. Sinon tu te fais klaxonner et siffler de partout, t'entends des surnoms qu'ils te donnent, mais moi je ne comprends pas haha. Je n'ose même pas regarder les gens dans les yeux. 'Fin bon, c'est le premier jour, ça va aller mieux après.


    El gatito de mi couchsurfer
Il faut vraiment que j'essaie de m'y acclimater, parce que ces sentiments d'insécurité et de stress perpétuel ne veulent pas partir pour le moment.

Mon couchsurfeur est super gentil et accueillant. L'appartement est assez grand, mais il faut que je m'habitue aussi à ce minimum de confort, car ici il n'y en n'a pas vraiment.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire